• Vera Seret

Jugements, dépréciations, dépressions... Inversons !




"Frapper quelqu'un, avec des mots comme avec les mains, lui ferme les portes du bonheur, du possible et de tous ses désirs au nez. Le prive du meilleur de ce qu'il aurait pu vivre, ressentir et donner."

Je suis heureuse de profiter enfin plus posément, avec vous et avec cet article, de la sortie en librairies de mon roman À l'instant même où l'on bouge, ainsi que de la jolie campagne de communication que m'offre ma maison d'Éditions Carnets Nord - "Des livres pour garder le nord" - pour vous partager quelques extraits mais surtout idées, visions, émotions qui sont, au-delà de celles de mon héroïne, également au coeur de chacune de mes séances de coaching car au coeur des freins, chagrins, empêchements divers et profonds des personnes que je reçois, si souvent et depuis enfants en manque de confiance, de reconnaissance et d'estime.

Donc en manque plus au moins visible, à force d'adaptation, de paraître et maîtrise, de cette joie vitale de vivre.

Et je réalise émue à chaque fois, chaque personne, quelle soit hyper-sensible-empathique ou pas, dirigeante, indépendante ou en recherche d'emploi, adulte, ado, artiste, homme, femme, en couple, célibataire ou seule, retraitée ou toute jeune, à quel point l'être humain est admirablement réceptif. Merveilleusement fragile.

"Si elle avait su comme l'amour est vital mais fragile, et comme l'inverse se refile (...), elle n'aura pas laissé une génération de plus la douleur gagner du terrain sur eux, sur elle, et le mal se faire."

J'avais donc envie d'aller au coeur de... quoi avons-nous besoin pour nous sentir bien ? "Bien" dans le sens "Joyeux", "Confiant", "Libre", "Talentueux", même si ce sentiment est à nuancer bien sûr car vaste et particulier à chacun.

Mais tout de même, de quoi avons-nous tous besoin pour bien grandir, bien avancer, bien travailler. Bien s'amuser, s'aimer, s'accomplir... dans le fond ? Notre fond, notre for intérieur.

Qu'est-ce qui fait que tout à coup l'on s'y voit, l'on s'y croit, capable, inspiré, culotté ?

Qu'est-ce qui nous donne des ailes et l'élan de faire, de dire, de rêver ?

La joie de vivre et la force d'oser...

Un compliment ? Un regard bienveillant ? Un encouragement ?

Une connexion sincère comme un courant qui passe, nous rapproche et nous mêle ?

Un désir comme une compréhension mutuelle ?

Serait-ce la sécurité affective que l'on ne sera pas, ou plus en danger d'être jugé, jeté, remplacé, mais au contraire écouté, reconnu et précieusement apprécié ?

Serait-ce l'assurance que l'on est spécial et pour cela, pour toujours justement admiré ? Juste et joyeusement aimé.

"Elle leur aurait démontré que taper sur un gosse dérègle sa vision de lui-même jusqu'alors partie d'un Tout qui le protège, l'incorpore. Qu'un seul coup en plein corps le coupe brutalement de son monde désormais hostile, interdit, supérieur."

J'embrasse à travers l'histoire et l'univers émotionnel de mes coachés combien cette tendresse humaine, légère, inconditionnelle, est décidément le fondement de ce qui permet à chacun d'exister pleinement, identitairement, depuis tout "petit" (même si nous ne le sommes jamais vraiment, émotionnellement), puis de la même manière puissante, possible, dans tous ses environnements une fois "grand" (même si nous le sommes depuis enfant !).


Je mesure combien rien qu'un mot, une critique, une indifférence, une peur ou ambiance latente, un regard glacé ou une attitude blessante comme un coup au coeur, voire plusieurs quand l'angoisse du jugement ou le danger de la violence se répète, détermine la couleur de notre ciel et du fond d'écran de notre existence. La beauté ou la dureté, la grandeur ou l'étroitesse, toute la justesse de l'image que l'on a de soi. Comment l'on compense, on s'éteint ou l'on tient.

"Dans cet ordre ça fait mal, alors ça fait peur. Ça fait craindre que ça recommence. Rien ne sera plus jamais doux et normal comme avant !"

Et je relie soudain ce que peut être la maison au monde de l'entreprise, au monde du travail, au monde de manière plus globale, où il nous est demandé très tôt et très vite, si possible, de trouver notre place, car je suis touchée par l'envie d'y arriver, la force comme la peine, tous les potentiels déployés par chacune des personnes que j'accueille, et bluffée de (re)constater avec chacune d'elles combien l'amour au sens large et humain du terme, le respect, la considération, les sourires dans lesquels on baigne, on bosse, on s'élève, sont la source naturelle de tous nos talents. De notre droit surtout d'en faire usage, partage... ou pas !

Combien la sensibilité d'un enfant devenu de tout son coeur et son courage adulte reste la même, meurtrie, réduite ou épanouie, mais quoiqu'il lui soit arrivé infinie.

"Ça inocule à l'enfant la pensée qu'il est responsable. Soit parce qu'il devra à l'avenir tout tenter, tout capter pour anticiper le pire. Soit parce qu'il est le coupable, assez nul ou mauvais pour l'avoir mérité.
D'une manière ou d'une autre ça lui marque le coeur."

Et je rêve, tout en faisant équipe avec mes coachés, DG, ado, adultes devant tous ou plus exactement désirant, chacun selon ses émotions et son identité, se trouver ou se retrouver dans sa vie et dans son métier, en transformant avec eux leurs freins en tremplin, leurs chagrins en fierté et leurs manques en nouvelle abondance, que cette particularité émotionnelle qui est la notre, que ce besoin profond d'empathie, de tendresse humaine, rassurante, valorisante, créatrice, soit au coeur de chacun de nos contextes, familial bien sûr mais aussi professionnel.

Que la qualité des relations que l'on noue, dont on ne peut se passer, en vrai, ne soit plus niée, oubliée ou moquée. En un mot minimisée. Mais envisagée au contraire, au grand jour, Ô bonheur, comme le socle, le but et la porte d'entrée. La clé de tous nos espaces de vie, de travail désormais.

Et si nous acceptions fièrement et gaiement nos premiers besoins ?

Tout devient violence quand nous ne sommes pas tendres pour un être humain... et pas seulement, je crois, je le coache, je le vois, pour mon héroïne.

"Elle leur aurait dit que cogner une personne l'abîme. Que taper n'apprend rien, terrorise. Et que de la peur, seul l'anéantissement de l'autre, et de soi, peut naître et dérive."

Je rêve donc naïvement mais volontairement, voire constructivement puisque cela fait du bien, d'un monde où nous aurions si posément conscience de notre besoin primaire d'amour, de rire, de cette protection bienveillante affective, que tous nos espaces ou systèmes seraient d'abord pensés relationnels, des pépinières d'idées, d'envies, de dons. Des cocons de confiance identitaires, les bras et possibles grand ouverts, où chacun pourrait s'amuser à développer puis offrir le meilleur donc le plus productif car le plus heureux et confiant de lui-même.

En attendant, c'est cet endroit-là de joie et d'estime profonde et intime, intacte sous le poids des jugements et des années à essayer pour certains, et quelques autres collègues humains, de convenir, que j'aime avec l'aide et le QE inné de ces derniers redécouvrir, consoler, réparer.

C'est cette graine de ce qui est vivant en chacun de nous, léger, évident, original, cette identité d'enfant naturellement doué et enjoué, indestructible, qui ne demande qu'à s'offrir et appartenir au monde, tous nos mondes.

C'est cet ADN hyper-intelligent car émotionnel lové au creux d'un endroit en nous inatteignable donc imblessable, qui depuis le départ nous protège, nous pilote et nous garde, vivants justement, que j'avais envie de remettre au coeur de nos vies, toutes nos vies, de tous nos besoins humains donc de société, que j'avais envie avec vous un instant, et plus qui sait, de refaire rêver, pousser, danser...

"Là où les mots relient. Ou une explication comme un jeu d'enfant aurait tendrement suffi."


Pour me contacter, me poser vos questions éventuelles, rendez-vous sur la page Contact.

Et si vous souhaitez prendre... Rendez-vous.



#coaching #identité #estimedesoi #amourdesoi #confiance #empathie #tendresse #dépression #émotions #dons #talents #sécuritéaffective #lien #protection #rassurance #nonjugements #besoins #amour #résilience #renaissance #accomplissement #joiedevivre #confiance #fierté #légèreté #liberté #jouer #sourire #oser #déjàparfaits #roman #veraseret #àlinstantmêmeoùlonbouge



Me contacter

     : 06 14 18 56 99

     : veraseret@gmail.com

12, place de la Bastille - Cour Damoye

75011 Paris

  • Page Facebook Coaching et Identité
  • LinkedIn
  • Instagram
  • Twitter

Pour suivre mon actualité d'auteure : www.veraseret.com

© 2024 VeraSeret - Coach en Identité & Amour